Sounds Of The Universe / DEPECHE MODE

depechemode.ch - CD Tipp des Monats 2009 | April - DEPECHE MODE

von Daniel K., depechemode.ch

[Traduction: Sylvie]

 

Alors, qu’a-t-il donné, ce nouveau disque ? Il est certain que tous les courts métrages régulièrement retrouvés dans l’internet ont démontré une vue limitée voire marrante des débuts et de l’origine de l’album. Mais pour finir, onze titres ont été enregistrés. Plus le single « Wrong » ainsi qu’un charmant petit intermezzo purement instrumental. Sans oublier les cinq morceaux sur le CD supplémentaire contenant « Oh Well » (le B-Side de « Wrong »). Il faut un certain temps et de la patience afin de s’acclimater à cette cargaison pleine de finesses électroniques, de variantes de sons et de rythme qui valent absolument la peine d’être écoutées. Consacrons-nous d'abord de la matière plus facile.

 

 

« Wrong », ce titre révolté, on le connaît déjà suffisamment. Il est d’autant plus bizarre que justement le single où beaucoup se passe « mal » soit accueilli de loin plus positivement qu’aucun single avant. Est-ce t’il le meilleur single depuis seize ans (« Walking In My Shoes ») ? « Wrong » est loin d’être représentatif pour le reste de l’album. D'autant plus que Depeche Mode n'a plus été si électronique dans le sens rafraichissant et continu depuis 20 ans. Avec « Perfect » et « In Sympathy » le groupe se fie à ses qualités d’auteur-compositeur-interprète sans expériences majeures. Les deux chansons évoquent un « Precious » ultra-astiqué de « Playing The Angel » (2005). Cependant, « In Sympathy » est plus dur et se perd entre tous ces excellents titres. En échange, « Perfect » tape plein dans le mille. Malgré sa mélodie assez simple Depeche Mode a créé un classique avec ce morceau chançard provenant d’un « autre univers solitaire ». Et le reste ? La vérité se trouve … à des miles d’ici.

 

 

« The Truth Is/Miles Away » est exactement un de ces trucs absolument folklo. Un cavalier solitaire sous le soleil brûlant. Légèrement pompette, son cheval a dû faire la fête lui aussi. Il reste à peine assis dans sa selle. Un moustique lamente, l’orchestre joue ses instruments dissonants. Ou bien le joueur souffre t’il d’évanouissements rapides ? Allons en retour. En ce qui concerne « Sounds Of The Universe », tout comme auparavant « Exciter » et « Playing The Angel », il vaut le proverbe : « Il n'y a que le premier pas qui coûte. » Car l’entrée dans l’univers Depeche Mode 2009  n'est rien moins que facile avec un « In Chains » se développant que tout gentiment avec un début à la « Dead Of Night – deuxième Part » et un « Hole To Feed » à la funk space-électro sautillant! Bref, les morceaux ne sont vraiment pas mal tous les deux, mais …

 

 

Mais le meilleur reste à venir : « Fragile Tension » change entre l’électronique sans souci filigrane et la guitare battante de Martin. La cadence du chant de David semble-t-elle incorrecte ? Sans doute; il en est comme les images trompeuses (« L’escalier interminable » de M.C. Escher), tout est parfaitement correct. « Little Soul » est une ballade gracieuse et drôle. Puis ce crachement électronique bien placé, quelle provocation! « Peace » est chou d’une manière ou d’une autre avec le potentiel de devenir un hymne de paix, un « All You Need Is Love » des trois Basildonois malgré les occasionnelles explosions de percussions jouissives. Comme les Beatles aux cheveux longs assis en rond en claquant des mains. N’y a-t-il pas même un peu du « Across The Universe » de John Lennon ? « Universe » ? Ça va bien ensemble!

 

 

Enfin l’image des années 70 psychédéliques s’impose avec l’orgie de son « Come Back » musicalement accompagnée du boucan d’une perceuse et pour laquelle on dû a bel et bien appliquer des effets tonals provenant d’archives de films SciFi. Comme une roue hypnotique (le modus Warp du Media Player de Windows) la musique et le chant conjurant de Dave (« come back, come back to me ») s’enfoncent tellement dans la conscience que pour finir on retourne chez Dave sans moufter. « Spacewalker » est l’un de ces Intermezzos qui me permet de comprendre la cause de son existence. La rumba « Jezebel », une chanson sentimentale chantée par Martin, et « Corrupt » forment l’inévitable finale. « Corrupt » est une chanson finale véritablement crasseuse et inhabituellement acide atypique d’un disque Depeche Mode : du « Personal Jesus » 20 ans plus tard. À ne pas oublier : Après quatre minutes de silence spatial une timide reprise réapparaît.

 

Comme d’habitude, aucun signe de stagnation ni régression chez Depeche Mode lors de l’enregistrement de « Sounds Of The Universe »malgré les énormes quantités de vieux synthétiseurs achetés à l'enchère par un Martin entretemps « asséché ». Après « Playing The Angel » c’est une fois de plus Ben Hillier qui a guidé le Trio à travers la jungle pleine de possibilités. Pour ce qui est du côté artwork ainsi que la plupart des photos et la décoration de scène Anton Corbijn en sera responsable. Last but not least: Cet opus complet impressionnant n’a été réalisé que grâce à la collaboration avec l’artiste suisse résident à New York Kurt Uenala alias Kap10Kurt (www.myspace.com/kap10kurt).

 

 

Après tout « Sounds Of The Universe » n’est pas un album facile à digérer. Mais cela n’empêchera la plupart des écouteurs Depeche Mode si l’on se souvient d’un « Some Great Reward » industriel, de sombres « Black Celebration » et « Music For The Masses », de « Songs Of Faith And Devotion » influencé par les chœurs Gospels ainsi que d’un « Exciter » hyper décontracté. Jamais Depeche Mode n’a eu un tel choix de chansons. Si c’avait été à moi de décider j’aurais travaillé en vue d’un double-album dès le début (Duran Duran vient d’en annoncer un). Peu importe : Double ou non, avec un tel plaisir de jouer et tant de bonnes intentions, « Sounds Of The Universe » n’est guère le dernier milliaire en route pour le paradis de la musique pop. « Songs in the key of space: A big present for the human race!  » 

Sounds of The Universe réservation chez CeDe.ch :

- Album Standard
- CD+DVD Édition Special
- Coffret Collecteur Édition deluxe
- Double-Album disque inklusive CD  

 

Des informations détaillées sur les formats : cliquer ici

 

© by depechemode.ch, 2009

depechemode.ch